Essen 2017 : ‘Alors, ça s’est passé comment ?’

Chaque déplacement au festival du jeu d’Essen est unique, tant en termes de jeux présentés que d’expérience personnelle. Depuis quelques années maintenant (2013, 2014, 2015, 2016), nous vous proposons un retour à chacune des éditions, alimenté par notre ressenti et nos découvertes. Cette année encore, vous pourrez lire ici comment un joueur lambda a vécu cette édition d’Essen 2017 mais également ce qu’il a ramené pour l’occasion. Gardez donc à l’esprit que cet avis est totalement subjectif et n’a pas pour vocation d’affirmer qu’un Essen réussi implique de ramener ou de tester tel ou tel jeu…

Coups de cœur

Les dimensions incroyables de cette édition 2017

1200 jeux présentés sur 72000 m². Oui, rien que ça. On aurait presque du mal à en faire le tour. Pas surprenant de constater que plus de 180.000 visiteurs s’y sont rendus en 4 jours. Pour les habitués, les sempiternels halls 1,2 et 3 laissent désormais les éditeurs les plus obscurs (mais non moins intéressants) investir les halls 6 à 8, ce qu’on pourrait appeler la banlieue du Spiel ^^’ Mais de vous à moi, si j’avais eu plus de temps, c’est là-bas que je serai resté (pour tester par exemple Democracy under siege ou Wendake, découvrir de véritables pépites au détour d’une allée ou discuter avec un créateur (merci à Vital Lacerda pour sa présentation du process créatif de Lisboa)). D’ailleurs, je n’ose même pas imaginer le séjour si je n’avais pas été informé en amont des jeux présentés/ de leur localisation / des disponibilités, etc…

Essen 2017 - Wendake - Hall 7

Essen 2017 – Wendake – Hall 7

Essen 2017 - Democracry under siege - Hall 7

Essen 2017 – Democracry under siege – Hall 7

Essen 2017 - Antiquity - Hall 6

Essen 2017 – Antiquity – Hall 6

Les outils à notre disposition pour préparer au mieux ce Spiel

En effet, un tel voyage nécessite une préparation en amont, et pour ce faire, il existe de fameux outils sans lesquels cette édition aurait été au mieux poussive, au pire chaotique. Tout d’abord, le site de Boardgamegeek et ses fils de discussion (liste de goodies, listes personnelles, précommandes, etc..) puis le site Tabletop together (parce que c’est quand même bien utile de tout synthétiser en une ou deux pages via leur outil). Et pour s’orienter idéalement, la version A3 du plan annoté de Mildiou (qui m’aura sauvé plus d’une fois, merci à lui ^^). Enfin, les sites spécialisés (Vindjeu, Gusandco, TricTrac, JJDJS,…) ou les chaines Youtube (Rahdo, Dice tower, …) qui savent chaque année nous guider au mieux dans notre préparation.

La disponibilité et l’infinie patience des personnalités présentes.

Qu’il s’agisse de Bruno Cathala, de Tom Vasel, de Vlaada Chvatil et bien d’autres, toutes ces célébrités du jeu savent se rendre disponibles pour une dédicace, une photo ou quelques mots échangés. Cela contribue à rendre le jeu de société moderne encore plus accessible et attractif. Mentions spéciales à deux d’entre eux (mais on pourrait en citer bien d’autres) : Michael Keller et Juma al Joujou respectivement pour Agra et Clans of Caledonia. En effet, ils ont su s’investir dans l’explication en direct de leurs jeux respectifs et ce, malgré la fatigue, le bruit et les joueurs pénibles (oui je fais mon mea culpa). Chapeau !

Essen 2017 - Clans of Caledonia

Essen 2017 – Clans of Caledonia

Prototypes et Kickstarter à venir

On l’oublie souvent, mais Essen c’est l’occasion de tester les futurs hits à venir, afin de se décider sur une participation à un financement participatif par exemple ou tout simplement pour s’informer. Ainsi, j’ai pu me renseigner sur Sands of Time de Spielworxx, Era of Tribe (un futur titre chez UGG) et admirer le matériel de Hannibal Rome vs Carthage (en attendant la réception du Kickstarter). D’ailleurs, en parlant de KS, ce fut aussi l’opportunité de tester Nemesis et Uboot, et le ressenti est excellent. Vivement le lancement de la campagne de financement !

Essen 2017 - Nemesis

Essen 2017 – Nemesis

Essen 2017 - Uboot

Essen 2017 – Uboot

 

Mercure Plaza Essen

Enfin, dernier coup de cœur et non des moindres, notre hôtel depuis quelques années maintenant : le Mercure Plaza. Alors oui, ça coûte un bras, surtout si l’on s’y prend tard, mais vraiment ça les vaut. Tant pour le confort de la chambre que le bonheur de la piscine après une journée de course effrénée mais également pour le petit déjeuner, royal, qui nous permet de tenir quasiment toute la journée ^^ (et donc de gagner du temps sur le salon :p).

Coups de gueule

Les tarifs prohibitifs durant le salon

On pouvait craindre cette année un nouvel effet ‘Fist’ for Odin, mais hormis quelques variations de 5 à 10 euros d’un stand à un autre, ce n’était pas très impactant (du moins pour celui qui prépare un peu son voyage et a le réflexe de vérifier sur Philibert pendant le salon ^^’). Dans ce coup de gueule, je voulais plutôt mettre en avant les tarifs monstrueux appliqués par certains (pour l’exemple Charterstone à 80 euros et 30 euros de recharge pack si vous voulez rejouer les 12 scénarios, vous m’excuserez mais ça pique, qu’importe la qualité du jeu). A choisir, je préfère même Gloomhaven et ses 140 euros pour 95 scénarios. Le pire, c’est que de façon générale, c’est l’ensemble des prix qui subissent une inflation 60 euros le jeu de gestion, 80-100euros pour un gros jeu, et encore je ne parle pas des jeux à figurines…

Essen 2017 - Gloomhaven

Essen 2017 – Gloomhaven (au poids, 140euros ça les vaut ^^’)

 

Les faux solds outs et autres techniques pour faire le buzz ou pour faire vendre

Oh mon dieu, c’est le dernier disponible, et seulement pour 50euros. J’achète !’ 10min après, un nouveau dernier est présent sur le stand… même principe pour un autre jeu : ‘La base est à 15 euros, c’est une affaire, et les 3 petites extensions à 10 euros l’unité. N’hésitez pas.’ Pire, ‘Pack de 5 jeux en vente à 30euros au lieu de 235 !!!! Il n’en reste que 10 , 9… ‘ Le lendemain, 20 sont de nouveau disponibles. Vous me direz, c’est une technique de vente classique et je vous rejoins tout à fait. Mais là où on se fout vraiment du monde ce sont les fausses annonces de sold out. Prenons à nouveau le cas Charterstone, vendu en VF sur le stand de Matagot. Vendredi après-midi, VF sold out : ‘vous comprenez, nous avions un stocke limité, vous pourrez l’avoir en décembre…’. Lendemain matin, 10h, jeu disponible à nouveau, au même endroit.

Essen 2017 - Charterstone chez Matagot

Essen 2017 – Charterstone chez Matagot

Les restaurants aux environs

Alors oui, jusqu’à maintenant je défendais certaines adresses (à raison), de par leur qualité et leur accueil. Mais sérieusement, sur trois soirées passées au restau cette année, nous sommes quasiment systématiquement restés plus de 3h à table de par la lenteur du service. Note pour plus tard : sauf cas exceptionnel (Zodiac par exemple), ne plus perdre son temps le soir au restau, autant rentrer, piquer une tête, grignoter en dépunchant/jouant à nos acquisitions, voire en parcourant les réseaux pour préparer le lendemain.

L’incivilité de certains visiteurs

Il y a encore quelques années, je mettais en avant le savoir-vivre allemand, et la qualité de ce salon en comparaison avec la Japan expo par exemple. Désormais, de par l’augmentation du nombre de visiteurs étrangers (comprendre, non allemand), l’ambiance devient pesante, voire lourde. Et surtout lorsque l’on oublie qu’Essen est avant tout une immense boutique, pas un festival de jeu. Exemple type : samedi après-midi, 2h30 d’attente pour tester Yokohama, ou plutôt pour attendre qu’une partie de Yokohama se finisse ! Lorsqu’enfin l’on s’attable, après une courte explication, nous faisons quelques tours de jeu puis nous laissons la place. Temps d’occupation de la table : 30minutes. C’est logique non ? Plutôt que de jouer sa vie sur une première partie… Surtout lorsque le nombre de tables disponibles est limité. Ainsi, lorsque vous avez 10 tables d’Azul ou de Charterstone, il faut garder à l’esprit qu’il n’y avait par exemple que 2 tables de Clans of Caledonia ou d’Altiplano, et une seule de Noria ! Et c’est notamment pour cela que je finis par ce dernier (et sempiternel) coup de gueule.

Essen 2017 - Noria

Essen 2017 – Noria

Le top Boardgamegeek

Oui, je sais, ce n’est pas nouveau. Chaque année, on nous fait le coup. Bourrage d’urne, système de vote inadapté qui met plus en avant les stands les plus proches, les jeux les plus courts etc… Mais au final, quand on voit l’impact d’un tel top sur les ventes de jeu, ça reste dommage pour le visiteur. Ainsi, je ne saurais trop conseiller de recouper le top en question avec le classement Fair Play, peut-être moins aléatoire. Deux exemples pour étayer mon propos : l’absence de Rajas of the Ganges et de Gaia Project du top BGG alors qu’ils sont dans le top 5 du Fair Play, mais surtout la présence de Fog of Love en 5ème position du top BGG alors qu’il est absent du précédent (certaines mauvaises langues diraient que c’est parce que le stand de Fog of Love était en face de celui de Boardgamegeek, mais je ne cautionne pas ces propos :p)

Classement Fair Play final Essen 2017

Classement Fair Play final Essen 2017

Essen 2017 - Gaia Project

Essen 2017 – Gaia Project

Voici, à chaud, mon petit retour sur Essen 2017. Dans quelques jours, je posterai un article sur mes acquisitions pour cette édition. D’ailleurs, petit conseil pour ceux qui s’inquiètent de la réaction de leur tendre moitié au retour d’Essen : Arrêtez vous au stand de Farbton Keramik, pour acheter un petit souvenir, c’est trop mignon, et ça fait passer un peu mieux la pilule.

Essen 2017 - Farbton Keramik

Essen 2017 – Farbton Keramik

 

 

Auteur: Ashraam

Ingénieur Sécurité/Environnement, il délaisse de temps à autre la réglementation pour prendre la plume et exprimer sa passion pour le jeu de société. Fan de stratégie/tactique, il reste malgré tout ouvert au poussage de cubes en bois, pour peu que le thème l'intéresse.

Partager cet article sur

1 Commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Partager

Partager cet article avec vos amis!