Essen 2013 : Ludopoly chez les teutons

Essen 2013, Spiel’13, Essen fair ’13, qu’importe la façon dont on l’appelle, le festival international du jeu 2013 à Essen fut une réussite en tout point, et ce n’est pas uniquement parce que Ludopoly y a (enfin) participé :p D’ailleurs, pour les quatre veinards ayant fait le voyage pour l’occasion (et pour la première fois ^^), ce festival restera clairement dans les esprits. Ci-après quelques retours des intéressés, ainsi qu’une galerie photo de l’événement ^^

David: 48 000 m² à pied, ça use, ça use… 48 000 m² à pied, ça use les souliers ! Vous connaissez la chanson ? Bon, pas tout à fait 48 000 en réalité, mais avec un JP qui trace pour récupérer ses biens ici et là sur les 3 jours, c’est vraiment tout comme ! Et notre cher Julien qui n’avait rien à lui envier, quand je repense à cette dernière boîte de Glassroad qui lui passe misérablement sous le nez à notre arrivée au salon, pauvre de lui… D’ailleurs, on ne te remerciera jamais assez pour le choix de l’hôtel, ses chambres luxueuses, son petit-déjeuner gargantuesque, sa piscine et son sauna, de même que toi JP, notre docteur ès langues anglais-allemand !

3 jours donc, et une quarantaine de boîtes au final, agrémentées de goodies (ah le stand Hans im Glück) et de dédicaces évidemment (merci encore à Julien Delval, illustrateur des Aventuriers du Rail), tout ça admirablement rangé et empilé avec les bagages dans le coffre d’une Volvo break par ma chère et tendre, journée bénie pour moi, entouré de ces 3 spécialistes, que dis-je… de ces 3 Experts – monsieur l’auteur de Ginkgopolis, si tu m’entends ! – dans leur domaine : réservations, langues et rangement. Un respect des Allemands qu’on ne trouve pas en France : foule devant les portes avant l’ouverture, ça rush une fois les portes ouvertes comme à Paris le premier jour des soldes, mais personne ne se bouscule, ne se touche presque, impossible croyez-vous ? Je le pensais aussi, mais j’étais dans l’erreur… Une petite mise à jour de la feuille de route chaque soir à l’hôtel pour le lendemain, avec la révision des priorités en fonction des risques de rupture de stock. Quelques jeux essayés enfin le dimanche, pour conditionner les derniers achats , parfois les abandons (notamment Enclave de G3)…

En résumé un salon à visiter au moins une fois dans sa vie, pour l’opulence, pour l’Allemagne, pour la découverte, pour les prix, pour les rencontres, pour les sourires… et parfois rager devant les ruptures de stock et/ou la petitesse de son budget, mais en tous les cas : en prendre plein les yeux ludiquement, une fois dans l’année ! 

Jean-Paul : J’avoue avoir eu quelques appréhensions avant de prendre la route pour Essen il y a deux semaines. En effet, j’avais clairement l’impression que ce salon allait être un énorme supermarché du jeu de société, et que la finalité de celui-ci aurait été un entretien plutôt tendu avec mon banquier. Désormais, avec un peu de recul (et des souvenirs plein la tête), je peux définitivement affirmer que ce festival mérite le détour ^^

Bien sûr, je n’ai pu m’empêcher de craquer pour quelques jeux (A Study in Emerald, Cornish Smuggler, Nations,…) ainsi que des extensions attendues de certains de mes jeux préférés (Mage Knight et surtout Eclipse, avec le Ship pack one), mais ce fut également l’occasion d’en découvrir (et d’en essayer)  de nombreux autres. Mention spéciale à Giochix avec Romolo o Rémo, une sorte d’Archipelago doté également d’un matériel de grande qualité (ainsi qu’une tonne de goodies :p).D’ailleurs, les goodies furent un point important de ce salon, ce fut l’occasion de récupérer les correctifs de Myrmes ou les nouvelles tuiles de Terra Mystica par exemple ; cependant, certains éditeurs n’ont pas joué le jeu en imposant un achat pour obtenir les goodies associés (Funforge, Repos prod, etc…). Nous avons également eu la chance de nous entretenir avec Guillaume Gigleux, de Filosofia (‘Oui, je confirme, Caverna, au poids ça les vaut !’) et obtenir les cartes promos de Mice & Mystics dédicacées par la même occasion.

Mais il faut aussi garder à l’esprit qu’un festival réussi dépend invariablement d’une bonne organisation interne et d’un groupe soudé. En ce sens, avec mes compagnons de route, j’ai clairement fait bonne pioche ^^ Entre l’hôtel déniché par Julien, la joie de vivre et la maîtrise logistique de Vinciane, ainsi que la tempérance de David, nous avons pu passer un excellent séjour sans jamais stresser ni se prendre la tête ^^ Une agréable expérience à renouveler, s’ils sont d’accord :p

Un dernier remerciement en passant à Queen Games, pour son omniprésence, son nombre de tables disponibles incomparable, mais surtout pour avoir kickstarté Dark, Darker, Darkest, puis l’avoir proposé sur le salon à 65 euros la base, et 25 euros pour chacune des trois extensions (sans réduction le dimanche évidemment). Merci beaucoup, j’ai évité grâce à vous d’exploser un budget déjà bien entamé. Sur ce, je retourne à mon dépunchage de Betrayal at House on the Hill :p

Julien : Et voilà, j’ai (sur)vécu (à) mon premier Essen, je pense que vous l’aurez compris il s’agit là de la plus grande débauche ludique au monde. J’avais un léger doute, mais dés l’instant où vous passez la porte ce qui passe par la tête c’est ‘Ah merde, ils disaient vrai …’, tout est là ! Un tsunami de jeux dans un immense espace pour régaler 150.000 visiteurs sur 4 jours, j’ai profité un max de mes 3 jours ou je me suis régalé malgré mon banquier. 🙂

Personnellement, j’ai dilapidé la moitié de mon budget théorique le premier jour, ce qui par la suite s’est révélé être le tiers de mon budget réel (Sans compter les dettes :D), la faute à Filosofia et Pearl Games qui, du fait de leur stock limité, m’ont mis les boules dés le premier quart d’heure, j’ai noyé mon chagrin dans la boite de 3.5Kg (Sisi !) de Caverna, ça se passe comme ça chez… à Essen. Toutefois, nous avons su rester raisonnable et j’ai du réévaluer ma ‘Wishlist’ chaque soir pour le lendemain. Malgré tout, j’ai eu quelques belles surprises, grâce aux petits planqués du Hall 2 comme The Capitals (Il restait 9 boites quand j’ai pris la mienne 🙄 ) ou King & Assassins. Côté coups de gueules, je n’ai pas grand chose à reprocher au salon hormis les prix parfois abusés, les goodies payant 😯 sur de nombreux stands (et au prix exorbitant), ou les goodies absents !

En conclusion, je rajouterai une couche sur le contexte de la visite nous avons formé une équipe d’enfer et une organisation maitrisé de A à Z, je suis persuadé que c’était le schéma idéal, bravo et encore merci à mes camarades de voyages ! Ah oui, Merci à Queen Games d’avoir créé un nouveau format de boite pour Amerigo (Xtra Long / Xtra Large) qui dépasse de l’étagère, cela perturbe le chien …

Vinciane : Quelques inquiétudes face à la langue, à l’inconnu et au portefeuille qui va râler pendant trois jours. Mais comment ne pas foncer vers cet univers ludique, qui m’est complètement étranger ? Les Allemands, l’hôtel et le festival ont tout balayé en quelques minutes : notre docteur ès langues, JP, pour nous servir, a été d’une efficacité détonante face aux exposants, qui déjà faisaient des efforts pour nous répondre et nous aider. Vous ne serez jamais bousculé même quand le nombre de personnes au m² est au plus dense, on ne vous pousse pas non plus (ou ils s’excusent platement) et ils prennent le temps qu’il faut pour vous expliquer les règles. Le retour à l’hôtel et un plongeon dans la piscine ont été salutaires pour tous. Et le petit déj, ah le petit déj !! Un repas complet dès le matin pour bien dépenser en chemin !! Et pour le soir, nous avons trouvé  un restaurant grec en version tapas… divin.

Toutefois, tout n’était pas rose : les sold out sur des jeux comme Glassroad ou Bruxelles en VF ; la masse de jeux en allemand uniquement qui devraient être traduits  et ce ****** de portefeuille qui fond plus vite que la glace dans un four !!

J’ai découvert un monde ludique que je ne soupçonnais pas. Et il est grand temps que je reprenne l’anglais car on ne peut décemment pas s’arrêter aux jeux en français. Le monde ludique étranger est vraiment étendu et très très très intéressant. D’ailleurs, nous n’avons pas hésité longtemps pour Craftsmen, un petit chef d’œuvre de stratégie, ni devant Archon, dont le design et les mécaniques nous ont séduits.

Astuces pour Essen 2014 : le caddy est une idée de génie (stockage jusqu’à 10 jeux) et la Volvo indispensable (enfin, un coffre de break) 😀 et surtout un budget jeu conséquent ^^

En bref, un festival à ne pas manquer, autant pour sa culture que pour ses découvertes. Préparez et organisez-vous bien, sinon les regrets risquent de vous hanter pendant une année. Je tiens à remercier Julien et JP ainsi que mon homme pour ce week-end de folie et de rêve. Grâce à eux, tout s’est magnifiquement bien passé et c’est un plaisir de partager des moments ludiques aussi agréables. »

Vous l’aurez compris, nous nous sommes tous faits plaisir au festival international du Jeu de Société d’Essen 2013 ; et pour partager un peu ce plaisir avec vous, Julien vous propose un petit montage vidéo de nos photos prises durant ces trois jours. En espérant que cela vous plaise…  

Auteur: Ashraam

Ingénieur Sécurité/Environnement, il délaisse de temps à autre la réglementation pour prendre la plume et exprimer sa passion pour le jeu de société. Fan de stratégie/tactique, il reste malgré tout ouvert au poussage de cubes en bois, pour peu que le thème l'intéresse.

Partager cet article sur

Trackbacks/Pingbacks

  1. Essen 2014, Ludopoly on the road again - Ludopoly - […] reposé après ce périple, il nous semblait donc opportun d’offrir, à nouveau, à nos lecteurs un petit feedback du…
  2. Essen Spiel 2015 : Les sots six sont secs... - Ludopoly - […] je n’ai qu’une expérience limitée des Spiel (mon premier datant de 2013). Mais par comparaison, je suis revenu avec…

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Partager

Partager cet article avec vos amis!