Tobago : Déballage

Chez Ludopoly, on aime bien la boxe, on ne manque pas de punch, alors on aime dépuncher les boîtes de jeu neuves. Déballer un jeu neuf, c’est comme monter dans sa première voiture après le permis, c’est toujours un grand moment (le deuxième grand moment étant celui où l’on découvre qu’il n’y a pas de ceinture de sécurité dans cette vieille poubelle). L’odeur de neuf, les éléments sous cellophane bien rangés…

Aujourd’hui, on va donc vous présenter un jeu qui n’est bien, un jeu qui n’est beau, il s’agit de Tobago, de Bruce Allen et édité par les Ch’timis de chez Gigamic.

J’ai testé ce jeu en relative exclusivité au Monde du Jeu 2009 sur le stand de Gigamic (il me semble même que la version sur laquelle on jouait était encore la version originale allemande de chez Zoch, le partenaire privilégié de Gigamic) et j’en suis tout de suite tombé fan. J’aime les jeux soigneusement ficelés. Depuis longtemps, Gigamic nous y a régulièrement habitués. Tobago fait donc logiquement partie de mes préférés. Ce jeu pour 2 à 4 joueurs met en scène des chercheurs de trésor sur une île déserte pour une quête effrénée d’environ une heure.

Pour ce qui est du caractère ingénieux des règles et de la mécanique, on y reviendra lors du test. Mais la cerise sur le gâteau, c’est que du point de vue de l’édition, c’est tout aussi « imparable », et là, c’est maintenant qu’on en parle.

Un design irréprochable, comme l’atteste aussi bien la couverture que le dos de boîte, un plateau de jeu représentant les cases pour se déplacer sur l’île en trois parties modulables très bien pensé, des pièces d’assemblage desdites parties exploitées comme tas de pioche et dont l’asymétrie sert autant de détrompeur lors du rangement dans la boîte que lors de l’assemblage sur la table, un langage heuristique sur les cartes à la fois clair, original, et universel, des figurines de totems de pierre fabriqués en polystone, le relativement nouveau matériau composite résine/pierre qui permet aussi beau rendu (et oui, amis joueurs, la haute technologie s’invite aussi dans vos bons jeux préférés ! N’hésitez pas à balancer ça au prochain qui vous saoulera avec son téléphone-gadget à 500€ !), plein de petits cubes qui se retrouveront sur le plateau et que Gigamic a eu la bonne idée de « peindre » (enfin, ils n’ont pas peints ça eux-mêmes à la main, du côté de Wimereux, ils ont autre chose à faire…comme compter les mouettes, faire des pâtés de sable, et moult activités nautiques !) avec des couleurs très sobres (un peu tristounettes, même, pourraient dire les esprits chagrins) pour qu’ils ne contrastent que d’autant mieux sur le plateau haut en couleur ! (malin !)

On obtient donc un jeu dont le matériel retranscrit particulièrement bien l’ambiance, que les règles parachèvent parfaitement, mais ça, c’est pour une prochaine fois…

Par contre, pour le test, faudra oublier la ravissante Mathilde et sa joyeuse équipe, et se contenter de Ju, Fred, PAD, CEB, et les autres, de Ludopoly…C’est un peu moins glamour, mais ça reste tout aussi intéressant !

Auteur: Pierre-André Dewitte

Travaille dans le cloud comme Traffic Manager "couteau suisse" (Webdev et Mobdev en bonus), mais descend de son nuage à l'occasion pour jouer à des jeux de société. Et quand il a un coup de cœur ludique, il l'écrit sur Ludopoly, toujours en moins de 3000 mots.

Partager cet article sur

1 Commentaire

  1. Bon, la première partie fut assez chaotique mais je suis persuadé qu’une fois les règles maîtrisée, tout le jeu ressort. En plus il avez un sacré concurrent en face => 7 Wonders ^^

    Répondre

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Partager

Partager cet article avec vos amis!